Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche
photo

Dans le quotidien des éboueurs

Ma ville au quotidien

Publié le 13 décembre 2017 par Vincent Huchon

0

Les collectes de déchets sont organisées 6 jours sur 7 dans la Métropole de Lyon. Et près de 1 500 tonnes de déchets sont collectées chaque jour. Il est à peine 6 heures du matin. La Métropole s’éveille et les éboueurs, que l’on appelle aussi ripeurs, commencent leur journée de travail. Qualité de service et sécurité avant tout : nous les avons suivis sur une tournée, de la prise de poste à la restitution de la benne.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    6 jours sur 7, les ripeurs collectent les déchets des habitants de la Métropole de Lyon. Près de 1500 tonnes sont collectées chaque jour.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Au petit matin, dans les vestiaires du site Kruger à Villeurbanne, on enfile la tenue : chaussures de sécurité, gants de protection, pantalon et gilet aux bandes rétroréfléchissantes.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Tour à tour, chauffeurs et ripeurs vérifient leurs affectations et consulte la météo, clémente ce jour-là : « On a de la chance parce que le plus difficile c’est la pluie », confie l’un d’eux.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Les chefs de secteurs vérifient les plannings, organisent les tournées et font le point sur les problèmes rencontrés la veille.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Avant de partir rejoindre sa benne, on salue les collègues et chacun signale sa présence dans le hall d’entrée.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Dehors, dans la nuit encore bien présente, les camions attendent leur équipage.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Les camions démarrent tour à tour. À bord, un chauffeur et 2 ripeurs pour une tournée qui va durer 5 h 30.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Avant de partir sur le terrain, chaque employé reçoit 3 jours de formation sécurité.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Dans la nuit sombre, à la clarté d’un seul réverbère, cette poubelle attend son tour. Le camion viendra bientôt mettre un terme à sa solitude.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Au fil des minutes, la ville s’éveille et le trafic s’intensifie. Afin d’être protégés des voitures, les équipes collectent les déchets seulement à droite de la route.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Sur le secteur de Meyzieu et Jonage, Gérard, le chauffeur, affiche 35 ans de service.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Tandis que le jour se lève peu à peu, le balai des poubelles continue pour Guillaume et Thomas.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    À chaque manœuvre, malgré l’aide d’une caméra et de sept rétroviseurs, il faut redoubler de prudence : « Je ne manœuvre pas sans l’aide de mes coéquipiers qui doivent rester visibles en permanence » assure le chauffeur.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    À 8 heures, le jour est levé et les départs pour le travail et l’école nécessitent de redoubler de vigilance.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Une tournée, c’est également l’occasion de rencontres insolites avec les riverains… en robe de chambre.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Le tri, en théorie, ce sont des papiers, bouteilles et flacons en plastique, emballages en carton et métalliques. La réalité est un peu différente. Parfois, les équipes retrouvent du verre dont les éclats risquent de les blesser.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Ce jour-là, la tournée dans une zone pavillonnaire permet de beaux échanges. En centre-ville c’est plus compliqué, avec la circulation et quelques automobilistes qui s’énervent.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Thomas, Guillaume et Gérard rejoignent leurs collègues pour la pause réglementaire. 20 minutes chrono pour se détendre.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Arrivée au centre de tri de Rillieux où les déchets des poubelles jaunes sont triés : par des machines et manuellement pour remédier aux erreurs de tri.

  • Dans le quotidien des éboueurs

    Avant de la restituer, le chauffeur doit encore laver sa benne car ce sont les mêmes camions qui servent à la collecte des poubelles grises (ordures ménagères dans des sacs fermés) et des poubelles jaunes (déchets recyclables en vrac dans le bac).

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.