Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche
actu

Gimenez : un nouveau quartier à vivre se dessine au Carré de Soie

Grands projets

Publié le 9 août 2017 par Vincent Huchon

1

Avec le projet d'aménagement du Carré de Soie, un vaste territoire change complètement de visage. Au sud de celui-ci, un nouveau quartier sort de terre sur le site des anciennes carrières Gimenez, à Vaulx-en-Velin, avec de nouvelles habitations, une école et des espaces verts. Les premières livraisons - espaces publics et logements - sont prévues fin 2017.

Carré de Soie, Gimenez, Les Brosses… Comment s’y retrouver ?

Le quartier Carré de Soie se situe à cheval sur les communes de Villeurbanne et de Vaulx-en-Velin. Sur ce site qui regroupe 14 000 habitants et 9000 emplois, le projet urbain concerne plusieurs secteurs. Parmi eux, celui des anciennes carrières Gimenez, situé entre les rues de la poudrette, Gimenez et Alexandre Dumas, qui va être entièrement repensé pour s’intégrer parfaitement au quartier des Brosses de Vaulx-en-Velin.

Les premiers espaces publics livrés fin 2017

Ce nouveau quartier va faire la part belle au calme avec arbres, allées piétonnes et immeubles ouverts sur leur environnement. L’objectif du projet est de laisser la nature investir les lieux tout en s’inspirant des cités jardins voisines construites dans les années 20 et qui faisaient déjà la part belle aux jardins. La promenade jardinée et son alcôve seront livrées dès la fin de l’année. Le long de la rue Chenier, elles offriront une voie verte piétonne, des espaces de détente et de jeu ainsi qu’une piste cyclable. À plus long terme, cette promenade jardinée reliera les berges du canal de Jonage à la route de Genas et sera ponctuée de places, de squares et de jardins.

 

Projet Gimenez : le calendrier

Parmi les prochaines échéances, à noter :

Chiffres-clés

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

 
  1. PralineRose 10 août 2017

    A quand autre chose que des cubes blancs, bien aseptisés, bien normatifs, où les 3 pièces font 55m² avec chambres dortoirs de 10,5m² et pièces principales de 20m² avec loggias de 3m² sur lesquelles on ne peut même pas mettre une table avec 4 chaises et déjeuner en famille. Alors le promoteur trouvera cela très « moderne », la cuisine américaine, et très « conviviale » cette pièce à vivre de 20m² dans laquelle on devra caser une cuisine (le mur du fond), le salon et la salle à manger – enfin disons une table avec 4 chaises, ne soyons pas trop ambitieux -, un espace pour que l’enfant joue, un espace pour travailler un peu même si s’abrutir devant l’écran plat est recommandé (ah mais non, on travaillera sur la table de salle à manger : « mutualisation » des supports pour « diversifier » les usages, c’est plus « moderne » ou on paiera un espace de coworking, c’est encore mieux ! €€€€). Bref à quand une vraie réflexion sur ce qu’on donne à habiter aux gens plutôt de produire les mêmes choses de Lille à Marseille et de Bordeaux à Strasbourg, à la chaine, à une époque où les marges des promoteurs n’ont jamais été aussi élevées (20 à 30%) ? La Part-Dieu et la Confluence, c’est bien : mais donner aux classes moyennes un habitat de qualité, c’est bien aussi et cette exigence qualitative ne devrait pas concerner que 2 ou 3 quartiers « publicitaires » mais l’intégralité de ce qui est construit dans la métropole plutôt que de délaver à grand coups de cubes blancs le peu d’authenticité ou de personnalité qui subsistent encore dans la métropole en dehors des quartiers phares et/ou historiques.

    Répondre