Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche
tribune politique

Socialistes et républicains métropolitains

Publié le 15 novembre 2017 | Le MET' n°10

Allier développement social, développement économique et développement urbain

Notre Métropole s’apprête à mettre en œuvre son Projet Métropolitain des Solidarités. Après avoir développé pendant 2 ans les compétences obligatoires du Conseil Général, notre collectivité se dote d’un outil qui va véritablement fixer les orientations stratégiques de notre territoire en matière de politique sociale et médico-sociale pour les 5 ans à venir. Avec un budget global de 750 millions d’euros, soit 25% du budget métropole, il va également préciser les missions des 1500 agents en lien avec nos concitoyens. Ce projet est une nouvelle démonstration de notre capacité à construire collectivement des politiques publiques au service de tous.

C’est dans cet objectif, que dès 2015, un véritable travail de co-construction a été lancé avec les services de la Métropole et l’ensemble des acteurs du secteur pour définir les 4 grands axes directeurs de ce schéma : renforcer la prévention à destination de tous ; faciliter l’accès à l’information et aux dispositifs pour une meilleure prise en charge ; développer les collaboration entre les différents acteurs pour une plus grande cohérence ; enfin favoriser la participation de l’usager-citoyen, lui donner la parole, bénéficier de son expertise et ainsi intensifier le lien social auprès des plus fragiles.

D’ores et déjà des projets concrets sont en cours de réalisation. Des Assises de la solidarité seront organisées courant 2018 et de nouvelles structures ont vu le jour comme l’internat éducatif Chazière ouvert en septembre 2016 ou la nouvelle pouponnière de l’IDEF, projet totalement réinventé offrant désormais de nouvelles modalités de prises en charge au-delà des contraintes de l’urgence sociale.

Concernant nos séniors et les personnes en situation de handicap, la transformation de notre société, notamment les progrès de la médecine qui allongent l’espérance de vie, nous obligent à innover et inventer de nouvelles formes de prises en charge intégrant les patients, les médecins mais aussi les aidants.  Depuis 2016 en effet,  la Loi d’adaptation de la société au vieillissement reconnaît la place et le rôle des proches aidants. Même si elles ne concernent pas aujourd’hui les personnes en situation de handicap, ces nouvelles prises en compte sont une avancée certaine.  Elles sont avant tout le résultat du travail mené par les acteurs associatifs, notamment France-Répit acteur historique lyonnais, née en 2012 à l’initiative de médecins du Centre Bérard, de l’association Le Petit Monde et de familles concernées.

En 2018, l’ouverture dans notre Métropole de la première Maison du Répit concrétisera l’engagement de cette fondation constituée pour promouvoir le répit et contribuer à son développement scientifique. Cette maison pourra accueillir des personnes malades seules lorsque leurs proches ne sont plus en mesure de les prendre en charges et proposera des séjours familiaux pour un temps de répit et de travail en commun.

Cette nouvelle structure innovante, enracinée sur son territoire et fruit d’un partenariat public, privé et associatif est symbolique du travail à mener en matière de solidarité. C’est pourquoi, la Métropole en collaboration avec l’Agence Régionale de la Santé s’est inscrite dans ce projet et a engagé le dispositif « Métropole aidante », une démarche visant à apporter des informations et des solutions diversifiées et concrètes à tous les aidants.

On le voit, dans ce projet comme dans bien d’autres, la Métropole démontre une nouvelle fois sa capacité  à allier développement social, développement  économique et développement urbain afin qu’aucun de nos concitoyens ne reste sur le bord de la route, surtout les plus fragiles.

Socialistes et républicains métropolitains (Anne Brugnera Présidente)